Initiative pour un monde sans tabac

Offrir une aide à ceux qui veulent renoncer au tabac


Le problème

Le tabac contient de la nicotine, substance dont le pouvoir addictif est comparable à celui de l’héroïne et de la cocaïne. La plupart des consommateurs de tabac sont nicotinodépendants et il leur est difficile d’arrêter tous seuls. La consommation de tabac a pour but principal d’apporter rapidement au cerveau une dose de nicotine.

Dans la Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes (CIM-10), les effets du tabac et de la nicotine, en tant que facteurs induisant la dépendance et un syndrome de sevrage, figurent dans la catégorie T65.2, «effet toxique de substances autres et non précisées».

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV) classe les troubles liés à la nicotine dans les catégories de la dépendance [305.10] et du syndrome de sevrage [292.0], qui peuvent apparaître avec la consommation du tabac sous toutes ses formes.

La dépendance biologique à l’égard de la nicotine pousse les fumeurs à doser la nicotine qu’ils absorbent. Ils fument ainsi chaque jour plus intensément ou un plus grand nombre de cigarettes pour obtenir la dose qui leur donne satisfaction quand ils fument des cigarettes dites «à faible teneur en nicotine et en goudrons». Les termes, descriptifs, marques ou autres signes utilisés pour promouvoir ces cigarettes donnent directement ou indirectement l’impression trompeuse qu’elles sont moins dangereuses que les autres produits du tabac.

Or la plupart de ces cigarettes sont conçues pour que les modifications du comportement tabagique ramènent les doses absorbées de nicotine et d’autres constituants de la fumée à des niveaux analogues à ceux des cigarettes dites «normales» ou «à teneur élevée en nicotine et en goudrons».

Partager