Initiative pour un monde sans tabac

Journée mondiale sans tabac - 31 mai 2010

Protégeons les femmes de la fumée du tabac et de la publicité

L’industrie du tabac recherche en permanence et de façon agressive de nouveaux consommateurs pour remplacer ceux qui cessent de fumer et les consommateurs actuels (jusqu’à la moitié d'entre eux) qui mourront prématurément d’un cancer, d’un infarctus, d’un accident vasculaire cérébral, d’emphysème ou d’une autre maladie liée au tabac.

Les femmes constituent l'une des cibles principales de l’industrie du tabac car les femmes qui fument ou chiquent le tabac sont moins nombreuses que les hommes. Elles sont environ 9% seulement à fumer, contre 40% des hommes. Sur plus d’un milliard de fumeurs dans le monde, on ne compte qu’environ 200 millions de femmes.

L’industrie a donc tout simplement plus de possibilités d’expansion auprès des femmes.

Si l’épidémie de tabagisme chez les hommes est en lente diminution dans certains pays, la consommation des femmes est plutôt en augmentation.

On peut déduire les tendances futures de l’épidémie mondiale de tabagisme chez les femmes d’après les habitudes des jeunes filles d’aujourd’hui. Dans la moitié des 151 pays où des enquêtes sur le tabagisme chez les jeunes ont été effectuées, les filles sont à peu près aussi nombreuses que les garçons à fumer des cigarettes. Dans certains pays, elles sont même plus nombreuses. Or les adolescents qui fument sont susceptibles de devenir des fumeurs réguliers à l’âge adulte.

Sur les plus de cinq millions de personnes qui meurent chaque année des suites du tabagisme, environ 1,5 million sont des femmes. À moins que des mesures d’urgence ne soient prises, la consommation de tabac pourrait tuer plus de huit millions de personnes d’ici 2030, dont 2,5 millions de femmes. Environ les trois quarts de ces décès de femmes surviendraient dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, les moins à même d’absorber ces pertes. Chacun de ces décès prématurés aurait pu être évité.

Dans certains pays, ce qui menace le plus les femmes c’est d’être exposées à la fumée des autres, et en particulier celle des hommes. Par exemple, en Chine, où vivent un tiers des fumeurs adultes dans le monde, l'épidémie de tabagisme est presque exclusivement un phénomène masculin. En effet, moins de 3% des femmes chinoises fument. Pourtant, plus de la moitié des femmes chinoises en âge de procréer sont régulièrement exposées à la fumée secondaire. Au niveau mondial, les femmes représentent environ 64% des 430 000 décès causés chaque année en raison de la fumée passive.

La Journée mondiale sans tabac 2010 s’intéresse tout particulièrement aux problèmes que le marketing et le tabagisme passif entraînent pour les femmes. Elle vise en même temps à sensibiliser davantage les hommes à la responsabilité qui leur incombe d’éviter de fumer en présence des femmes avec qui ils vivent ou travaillen

Les femmes comme les hommes doivent être protégés de la fumée du tabac et des techniques de marketing de l’industrie, ainsi que le stipule le préambule de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. En vigueur depuis 2005, ce traité international prend acte de «l’augmentation de la consommation de cigarettes et des autres formes d’usage du tabac chez les femmes et les jeunes filles partout dans le monde» et reconnaît explicitement « la nécessité de stratégies sexospécifiques de lutte antitabac ».

Malheureusement, les interdictions complètes de la publicité touchent moins de 9% de la population mondiale et les lois imposant une interdiction totale de fumer n’en couvrent que 5,4%.

La lutte contre l’épidémie de tabagisme chez les femmes est un élément important de toute stratégie de lutte antitabac. Comme l’a fait observer le Directeur général de l’OMS, le Dr Margaret Chan, «Protéger et promouvoir la santé des femmes est essentiel à la santé et au développement – non seulement pour les citoyens d’aujourd’hui, mais également pour les générations futures».

Il est temps d’agir !

Plus d'informations

Partager