Initiative pour un monde sans tabac

Journée mondiale sans tabac 2012: l'ingérence de l'industrie du tabac

Principale cause de décès évitables au niveau mondial, le tabagisme tue chaque année près de 6 millions de personnes, en provoquant cancers, cardiopathies, maladies respiratoires, maladies de l’enfant, entre autres. Il génère dans le monde des pertes économiques se chiffrant chaque année en centaines de milliards de dollars.

Au cours de ce XXIe siècle, la consommation de tabac risque de tuer jusqu’à un milliard de personnes si aucune mesure d’urgence n’est prise. Ces mesures que nous devons prendre sont énoncées dans la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. Jusqu’à présent, 174 états (plus l’Union européenne) se sont engagées à collaborer pour appliquer la Convention. Toutefois, ces efforts de lutte antitabac sont systématiquement contrés par l’industrie du tabac. L’ingérence de l’industrie du tabac pour faire échouer ou affaiblir les politiques antitabac énergiques revêt plusieurs formes, notamment:

1. Manœuvrer pour détourner le processus politique et législatif

L’industrie du tabac s’est montrée très imaginative pour saper les efforts de protection de la santé publique des gouvernements. Les industriels sont devenus très habiles à créer ou à exploiter les lacunes de la législation, en manœuvrant les groupes d’opinion afin d’influencer réellement le travail du législateur.



2. Exagérer l’importance économique de l’industrie du tabac

L’emploi, les taxes et autres arguments économiques sont souvent utilisés par l’industrie du tabac pour montrer qu’elle apporte une contribution à l’économie d’un pays. Mais les chiffres fournis par les sociétés non seulement exagèrent l’importance économique de l’industrie mais ignorent également les coûts sociaux, environnementaux et sanitaires du tabac et des produits du tabac.


3. Manipuler l’opinion publique pour se donner une apparence de respectabilité

Le tabac tue – mais l’industrie du tabac a mis au point toute une série de manœuvres pour manipuler l’opinion publique. En investissant dans des programmes pour les jeunes ou des causes sociales sans rapport avec le tabagisme, tels que les secours en cas de catastrophes ou des groupes de préservation de la nature, les industriels du tabac détournent l’attention de leurs produits mortels et se donnent une apparence de responsabilité sociale.

4. S’inventer des appuis au moyen de groupes écrans

Du fait de son isolement, l’industrie du tabac doit montrer qu’elle bénéficie d’un appui. Elle crée et utilise des associations écrans ou alibis qui défendent ses intérêts. Généralement, ces associations se font les chantres de la liberté individuelle, dénoncent des dégâts économiques supposés provoqués par les politiques de lutte antitabac ou suscitent de fausses controverses sur le tabagisme passif.

5. Discréditer les preuves scientifiques

Semer le doute sur les preuves scientifiques concernant les dommages provoqués par le tabac et le tabagisme passif est une manœuvre couramment utilisée par l’industrie du tabac. Pour affaiblir la législation antitabac, l’industrie suscite la controverse afin de détourner l’attention de l’opinion publique et des gouvernements et de semer la confusion.


6. Intimider les gouvernements par des poursuites judiciaires ou des menaces de poursuites judiciaires

Les menaces de poursuites judiciaires sont également une manœuvre couramment utilisée pour intimider les gouvernements qui adoptent des politiques efficaces de lutte antitabac. Étant donné que les tribunaux nationaux, s’appuyant sur la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, déboutent de plus en plus l’industrie du tabac dans des actions intentées contre les gouvernements, les entreprises se servent des accords bilatéraux et commerciaux pour poursuivre les États devant les tribunaux internationaux. Le but est de décourager les autres pays d’adopter des mesures efficaces de lutte antitabac.

Les États Parties à la Convention-cadre de l’OMS se sont engagés à venir à bout de l’ingérence de l’industrie du tabac en appliquant l’article 5.3 du traité, qui dispose que «En définissant et en appliquant leurs politiques de santé publique en matière de lutte antitabac, les Parties veillent à ce que ces politiques ne soient pas influencées par les intérêts commerciaux et autres de l’industrie du tabac, conformément à la législation nationale.» Toutes les Parties à la Convention se sont entendues sur les moyens de faire barrage à l’ingérence de l’industrie du tabac en s’appuyant sur quatre principes:

  • Le conflit entre les intérêts de l’industrie du tabac et les intérêts de la santé publique est fondamental et insoluble.
  • Dans leurs relations avec l’industrie du tabac ou avec quiconque œuvrant dans les intérêts de celle-ci, les Parties doivent agir de façon responsable et transparente.
  • Les Parties doivent exiger de l’industrie du tabac et de quiconque œuvrant dans les intérêts de celle-ci qu’ils opèrent et agissent de manière responsable et transparente.
  • Les produits qu’elle fabrique étant mortels, l’industrie du tabac ne doit bénéficier d’aucune mesure d’incitation l’aidant à créer ou conduire ses activités.
Partager