Politique et recommandations de l’OMS concernant les flambées de choléra: prévention et lutte


Vaccins anticholériques

L’OMS n’a jamais recommandé le vaccin anticholérique par voie parentérale en raison de sa faible efficacité protectrice et de la fréquence des réactions indésirables sévères. Un vaccin anticholérique oral internationalement homologué est actuellement disponible sur le marché en quantités limitées et il convient aux voyageurs

Son innocuité et son efficacité sont avérées et il peut être utilisé à partir de l’âge de deux ans. Il est administré en deux doses à 10 à 15 jours d’intervalle, dans 150 ml d’eau potable. Il est utilisé depuis peu pour la santé publique dans des campagnes de vaccination de masse. L’OMS a publié des recommandations officielles concernant son utilisation dans les situations d’urgence complexes qui précisent que :

  • Le vaccin anticholérique oral doit toujours être utilisé comme instrument supplémentaire de santé publique et ne pas remplacer les mesures de lutte généralement recommandées, comme l’amélioration de l’approvisionnement en eau, des moyens d’assainissement adéquats et une bonne éducation pour la santé. L’utilisation du vaccin doit également être liée à un renforcement de la surveillance et de l’alerte précoce;
  • Le vaccin présélectionné, actuellement disponible au niveau international, n’est pas recommandé après l’apparition d’une flambée de choléra, en raison des deux doses à administrer et de l’efficacité protectrice différée, ainsi que de son coût élevé et des problèmes logistiques associés à son emploi.
Partager