Mélamine et acide cyanurique

Toxicité, évaluation préliminaire du risque et orientation sur les teneurs dans les denrées alimentaires


Utilisations et exposition possible de l’homme

Mélamine (CAS N° 108-78-1)

Elle est utilisée pour produire des résines, en général par réaction avec du formaldéhyde. Elle a de nombreux usages industriels tels que la production de panneaux stratifiés, de colles, d’adhésifs, de poudres de moulage, de revêtements et de retardateurs de flamme. Aux États-Unis, c'est aussi un additif alimentaire indirect utilisé seulement comme composant des adhésifs.
[21 CFR 175.105; U.S. National Archives and Records Administration's Electronic Code of Federal Regulations]
Disponible ici à la date du 18 juin 2007

C’est aussi un métabolite d’un pesticide, la cyromazine, que l’on retrouve dans les plantes, les chèvres, les poules et les rats (Rapport JMPR 2006). La mélamine est aussi utilisée comme engrais.

En dehors de l’incident actuel, on considère que le consommateur est peu exposé à la mélamine. En dehors de faibles teneurs en résidus provenant du métabolisme de la cyromazine, l’exposition peut survenir lors de l’extraction de la mélamine à partir de moules à compression par des aliments acides, comme des jus de citron ou d’orange ou du lait caillé à forte température. En tenant compte de toutes ces sources, on estime l’absorption orale de mélamine à environ 0,007 mg/kg et par jour (OCDE 1998).

Acide cyanurique (CAS N° 108-80-5)

C'est un analogue structurel de la mélamine. Il peut être retrouvé sous forme d’impureté de la mélamine. C’est un élément accepté par l'administration américaine responsable des autorisations de mises sur le marché des produits alimentaires et médicamenteux, la Food and Drug Administration, dans le biuret pour l’alimentation animale, un additif alimentaire pour les ruminants.

On le trouve également dans l’eau des piscines où il résulte de la dissociation des dichloro-iso-cyanurates employés pour désinfecter l’eau. Le consommateur est exposé à ce produit en avalant l’eau de piscine ou l’eau de boisson obtenue par traitement des eaux de ruissellement ou en mangeant du poisson qui peut accumuler ce produit chimique (OCDE 1999). Lorsqu’on l’utilise pour désinfecter l’eau de boisson, le dichloro-iso-cyanurate de sodium est rapidement transformé en cyanurate par déchloration.

En raison de l’usage très fréquent de la mélamine, y compris dans les matériaux en contact avec les denrées alimentaires, on peut en détecter de faibles teneurs dans les aliments, sans qu’il y ait eu forcément une volonté de frelater le produit. Certains pays ont fixé des limites légales en raison du transfert de la mélamine dans les aliments à partir des matériaux en contact.

Partager