Rayonnement ultraviolet et le Programme INTERSUN

Lits de bronzage


Les lits de bronzage, des bombes à retardement pour le mélanome ?

Les lits de bronzage de nouvelle génération émettent prétendument du rayonnement UV « sans danger ». Toutefois, l’hypothèse de départ selon laquelle les UVA sont une forme sûre de rayonnement UV est fausse. Dans le meilleur des cas, ils favorisent le vieillissement de la peau, mais jouent très probablement également un rôle dans le développement des cancers cutanés. Qu’en est-il donc du « bronzage sain » revendiqué par de nombreux fabricants à grand renfort de publicité ? Les résultats de quelques mesures et calculs simples devraient suffire à mettre ces allégations en perspective :

Les intensités moyennes des UVA émis par les lits de bronzage atteignent facilement l'intensité des UVA solaires reçus à midi au Royaume-Uni, quoique certains lits de bronzage puissent émettre jusqu’à 20 fois les valeurs maximales.

Les UVB émis par les lits de bronzage peuvent ne représenter qu’un vingtième des UVB solaires maximaux reçus au cours de l’été britannique, mais ils peuvent également être trois fois plus importants.

Si l’on prend les intensités moyennes d’UVA et d’UVB des lits de bronzage testés, l’effet cancérogène de leur utilisation pendant 10 minutes correspond à une exposition de 10 minutes au soleil d’été méditerranéen. L’utilisation régulière de ces lits représente donc une part importante de l’exposition annuelle de l’utilisateur au rayonnement UV, surtout en cas de bronzage intégral – où la surface de peau exposée dans le lit de bronzage est au moins le double de celle exposée lors d’un bain de soleil normal.

Même si les causes du mélanome malin ne sont pas complètement explicitées, le développement de la tumeur semble être lié à une exposition occasionnelle à une lumière solaire intense. Curieusement, ces tumeurs siègent très fréquemment en des points rarement exposés au soleil. Les lits de bronzage soumettent leurs utilisateurs à de fortes expositions intermittentes d’UVA et d’UVB – condition idéale pour l’apparition d’un cancer cutané malin. Toutefois, les quelques études épidémiologiques effectuées jusqu’ici n’ont pas donné de résultats concluants.

Bronzer au-delà de ce que l’on peut obtenir naturellement suppose une altération de l’ADN des mélanocytes, les cellules produisant la mélanine. Même un bronzage léger suppose une forte altération de l’ADN dans une population à la peau claire. Par conséquent, l’utilisation régulière des lits de bronzage augmentera sensiblement vos chances d’avoir un jour un cancer de la peau si vous avez la peau claire. La Commission internationale de Protection contre le Rayonnement non ionisant déclare que « l’utilisation des lits de bronzage à des fins esthétique n’est pas recommandée. » L’exposition régulière ne doit pas dépasser deux séances par semaine avec un maximum de 30 séances par an. Les organisations australiennes de lutte contre le cancer vont même plus loin, demandant aux salons de bronzage et aux publicités pour les lits de bronzage d’afficher des mises en garde concernant leurs effets sur la santé.

Partager