Sécurité mondiale des vaccins

Vaccination antigrippale des femmes pendant la grossesse

Extrait du rapport de la réunion du GACVS du 3 au 4 décembre 2003, publié dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire de l'OMS du 16 janvier 2004

Le GACVS a examiné les recommandations relatives à l’utilisation du vaccin antigrippal inactivé chez les femmes enceintes, en particulier pendant le premier trimestre de la grossesse. Il a fait observer que les fabricants comme les autorités nationales de réglementation déconseillent généralement le recours systématique à la vaccination antigrippale pendant la grossesse. Malgré le manque de données relatives à l’utilisation des vaccins antigrippaux au cours du premier trimestre de grossesse, on constate que d’autres vaccins inactivés (le vaccin antitétanique, par exemple) se sont avérés sans danger dans ce contexte. On peut craindre qu’une grippe chez une femme enceinte n’entraîne un risque sensiblement plus élevé de morbidité, d’hospitalisation et même d’issue fatale, comparable à celui observé chez les personnes âgées de 65 ans et plus. Le risque pour le fœtus de la grippe chez la mère est le même tout au long de la grossesse.

Le GACVS a conclu qu’il faudrait reconsidérer le rapport risques/avantages de la vaccination antigrippale pendant la grossesse, à tous les stades de celle-ci, compte tenu du risque élevé pour la mère – et donc pour le fœtus – que présente la maladie, et (autant que l’on sache) du risque potentiel faible pour la mère et pour le fœtus lié au vaccin antigrippal inactivé. Le Comité a donc fait -connaître son point de vue à l’OMS. Cet avis ne s’appliquerait pas aux situations où le risque de grippe est faible ni aux vaccins vivants atténués, qui en tout état de cause ne sont pas indiqués pendant la grossesse.

Partager