Initiative mondiale sur la sécurité des vaccins

Panencéphalite sclérosante subaiguë et vaccination antirougeoleuse

Publié dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire de l'OMS le 15 juillet 2005

Le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe a demandé au GACVS d’examiner le risque de panencéphalite sclérosante subaiguë (PESS) que pourraient faire courir les souches vaccinales du vaccin antirougeoleux. Les déclarations de l’Institute of Medicine (IOM) des Etats-Unis dans ses comptes rendus de 1994 et 2001 font référence à l’absence ou à l’insuffisance des données permettant soit de rejeter soit d’accepter une relation de cause à effet entre les vaccins contenant le vaccin antirougeoleux et la panencéphalite chez des sujets immunocompétents. On ne sait pas si l’on dispose de suffisamment d’éléments de preuve provenant du séquençage et de la classification de l’ARN viral pour justifier une modification des conclusions de l’IOM. Toutefois, le GACVS a noté que: i) tous les rapports publiés depuis le compte rendu de l’IOM en 2001 contenant des informations sur la classification du virus rougeoleux chez des sujets immunocompétents souffrant de PESS indiquent la présence de souches virales sauvages (et non pas vaccinales); et ii) dans les pays où la rougeole a été maîtrisée, les cas de PESS ont soit sensiblement diminué, soit disparu. Ces résultats ne vont pas dans le sens d’une association entre les vaccins antirougeoleux et cette maladie. Le GACVS va commander une étude sur l’épidémiologie de la panencéphalite sclérosante subaiguë par rapport aux vaccins antirougeoleux, dont les résultats seront examinés lors de sa réunion de décembre 2005.

Dernière révision de la page le 7 janvier 2009

Partager