Initiative mondiale sur la sécurité des vaccins

Innocuité des vaccins antirotavirus Rotarix™ et Rotateq™

25 juillet 2006

Après le retrait du marché des Etats-Unis du premier vaccin antirotavirus homologué, un vaccin tétravalent réassorti humain-simien (Rhésus) connu sous le nom de spécialité Rotashield®, en raison de son association avec une incidence d'invaginations intestinales d'environ 1 pour 10 000 chez les sujets vaccinés, deux nouveaux vaccins antirotavirus, Rotarix™ (GSK Biologicals) et Rotateq™ (Merck Research Laboratories), ont été mis au point et homologués dans un certain nombre de pays. Lors de ses réunions de décembre 2004 et décembre 2005, le Comité consultatif mondial de la sécurité vaccinale a examiné les données sur l'efficacité et l'innocuité résultant des essais de phase III et fournies à titre confidentiel à l'époque par les deux laboratoires développant les vaccins. Ces résultats sont maintenant publiés et confirment la grande efficacité des deux vaccins contre les diarrhées sévères à rotavirus et l'absence de preuves d'un risque accru d'invagination lié à l'utilisation de l'un ou l'autre vaccin. Pour l'essai du Rotarix™, portant sur 60 000 nourrissons dans 11 pays d'Amérique latine et en Finlande, on a signalé 25 cas certains d'invagination intestinale, neuf dans le groupe vacciné et 16 dans le groupe placebo. Sur ces 25 cas, 13 ont été notifiés dans les 31 jours suivant l'administration d'une dose de vaccin (ou de placebo), six dans le groupe vacciné et sept dans le groupe placebo. Trois autres cas dans le groupe vacciné et neuf dans le groupe placebo ont été signalés au-delà de ce délai de 31 jours (la durée médiane de la surveillance totale de l'innocuité était de 100 jours après la première dose). Pour l'essai du RotateqTM, portant sur 70 000 nourrissons dans 11 pays d'Amérique du Nord, d'Amérique latine et d'Europe, il y a eu 12 cas d'invagination chez les sujets vaccinés, et 15 chez ceux ayant reçu le placebo dans l'année qui a suivi l'administration de la première dose, parmi lesquels six et cinq cas respectivement dans les 42 jours suivant l'administration d'une dose. Aucun de ces deux essais n'a permis de mettre en évidence un nombre excessif d'effets indésirables graves chez les sujets vaccinés.

Sur la base de ces résultats, le Comité a conclu que, d'après les essais de phase III, les profils d'innocuité avant homologation étaient rassurants. Toutefois, les intervalles de confiance pour les risques d'invagination intestinale étant étendus, le Comité a estimé qu'il subsistait un risque d'invagination ou d'autres effets indésirables lors de l'administration en routine de ces vaccins. La surveillance après commercialisation sera donc essentielle pour couvrir ces questions d'innocuité au niveau des populations. Le Comité a réaffirmé l'importance pour les pays en développement de s'engager dans la surveillance après commercialisation, y compris ceux qui n'ont pas encore des capacités suffisantes pour mener de telles études.

Lors de la réunion de juin 2006, le Comité retient le fait que l'OMS procède à l'élaboration d'un protocole générique destiné à la surveillance après commercialisation de l'innocuité des vaccins antirotavirus susceptibles d'être adapté à une mise en œuvre à l'échelle nationale. Ce protocole comprend la surveillance de l'invagination intestinale comme d'autres problèmes potentiels d'innocuité, symptômes gastro-intestinaux, effet possible de la malnutrition, ainsi que l'élimination et la transmission des souches virales vaccinales. L'OMS soutiendra également la surveillance après commercialisation au moyen d'un réseau de pays sentinelles.

Le Comité a pris note des plans en cours, sous la direction des Centers for Disease Control and Prevention des Etats-Unis, pour mettre au point et fournir un protocole de surveillance de l'impact des vaccins antirotavirus après commercialisation.

Il recommande vivement que l'introduction de ces vaccins soit associée à un examen attentif de la surveillance après commercialisation à l'échelon national, le fait de garantir son financement devant être considéré comme une partie essentielle des activités des programmes de vaccination.

Partager

Liens connexes

  • Article intégral
    [Accès sur enregistrement/abonnement]
    Vesikari T, Matson DO, Dennehy P, Van Damme P, Santosham M et al. Safety and efficacy of a pentavalent human-bovine (WC3) reassortant rotavirus vaccine. N Engl J Med. 2006; 354:23-33.
  • Article intégral
    [Accès sur enregistrement/abonnement]
    Ruiz-Palacios GM, Perez-Schael I, Velazquez FR, Abate H, Breuer T et al. Safety and efficacy of an attenuated vaccine against severe rotavirus gastroenteritis. N Engl J Med. 2006; 354:11-22.