Prévention de la violence et du traumatisme

Rapport de situation sur la prévention de la violence dans le monde

Un rapport axé sur la violence interpersonnelle

Présentation

Chaque année, plus de 1,6 million de personnes perdent la vie victimes de violence. Au-delà des décès et des traumatismes, la violence a de graves conséquences qui vont perdurer tout au long de la vie et auront de lourdes répercussions. Elle fait peser une lourde charge sur les économies des pays pour lesquels elle représente des milliards de dollars dépensés en soins de santé et en mesures de répression, et d’importantes pertes de productivité.

En 2002, l’OMS a lancé le Rapport mondial sur la violence et la santé qui constituait la première étude portant sur l’ensemble des aspects de la violence au niveau mondial; il envisageait la nature du problème, ceux qu’elle touche et ce qu’il est possible de faire. Le rapport de situation sur la prévention de la violence dans le monde, qui sera publié en 2014, évaluera pour la première fois dans quelle mesure les pays ont mis en œuvre les recommandations du Rapport mondial sur la violence et la santé, comme il leur était demandé dans la résolution WHA56.24, «Mise en œuvre des recommandations du Rapport mondial sur la violence et la santé».

Violence interpersonnelle

Ce rapport sera axé sur la violence interpersonnelle, qui comprend la maltraitance des enfants, la violence chez les jeunes, la violence infligée par le partenaire intime, la violence sexuelle et la maltraitance des personnes âgées. À l’image de rapports similaires portant sur la sécurité routière, la lutte contre le tabagisme et la santé mentale, cet instantané de la situation en matière de prévention de la violence interpersonnelle dans chaque pays sera utilisé:

  • comme point de repère pour permettre aux pays d’évaluer leurs efforts en matière de prévention de la violence;
  • comme point de comparaison pour suivre les progrès accomplis à l’avenir dans la prévention de la violence au niveau international;
  • pour recenser les lacunes dans les réponses apportées au niveau national à la violence, auxquelles il convient de remédier; et
  • pour inciter à de nouvelles actions de prévention.

Son objectif ultime est de renforcer la capacité des États Membres à prévenir la violence.

Collecte de données dans chaque pays

Les données utilisées pour le rapport de situation sur la prévention de la violence dans le monde seront compilées dans chaque pays par des coordonnateurs chargés des données au niveau national et recueillies au moyen d’un questionnaire standard incluant des indicateurs portant sur:

  • l’existence de plans d’action nationaux pour la prévention de la violence et de mécanismes de collaboration et d’échange d’informations sur la prévention de la violence;
  • l’ampleur de la violence et la capacité des pays à recueillir les données correspondantes;
  • les réponses apportées dans le cadre de la prévention primaire – les politiques, les programmes, la législation et son application, en particulier;
  • l’existence de services d’aide aux victimes de violence.

La collecte des données commencera en 2013 et sera menée à bien dans tous les États Membres de l’OMS qui accepteront de participer, par l’intermédiaire des bureaux régionaux et des bureaux de pays de l’OMS. Dans chaque pays, le coordonnateur national des données sera responsable de la collecte. Les données seront recueillies auprès des experts chargés de la prévention de la violence dans différents secteurs, notamment la justice, l’intérieur, l’éducation, les services chargés du respect de la loi/de la police, de l’égalité hommes-femmes, les organisations non gouvernementales pertinentes ou les établissements de recherche.

Ces experts se réuniront ensuite pour parvenir à un consensus multisectoriel et fournir un ensemble de données représentant au mieux la situation dans leur pays. Après approbation par les autorités des questionnaires complétés, les données seront rassemblées et analysées pour être utilisées par le rapport de situation sur la prévention de la violence dans le monde.

Structure du rapport

Ce rapport se composera des principaux éléments suivants :

  • 30 à 40 pages de texte qui résumeront les messages essentiels, donneront un aperçu des principales conclusions dans les pays, et formuleront des recommandations en vue des prochaines étapes;
  • un ensemble de profils des pays d’une page chacun qui présenteront sous forme de texte et de graphiques les principaux résultats de l’enquête;
  • une annexe statistique détaillée.

Il sera publié et présenté à la fin de 2014.

Partager