Eau, assainissement et santé

Les maladies liées à l'eau

Arsenicisme

La consommation d'eau riche en arsenic sur une longue période entraîne une intoxication par l'arsenic que l'on appelle aussi arsénicisme. De nombreuses sources d'eau contiennent une certaine quantité d'arsenic et l'on sait que, dans certaines zones, des concentrations excessives naturelles sont présentes. Les effets sur la santé se manifestent en général tardivement et la mesure de prévention la plus efficace est la fourniture d'une eau de boisson à faible concentration en arsenic.

La maladie et son impact sur les populations

L'arsénicisme est l'effet de l'intoxication par l'arsenic généralement sur une longue période pouvant aller de 5 à 20 ans. La consommation d'eau riche en arsenic sur une longue période entraîne divers effets sur la santé, y compris des problèmes de peau (tels que dépigmentation de la peau, et plaques rugueuses sur la paume des mains et la plante des pieds), le cancer de la peau, de la vessie, des reins et des poumons, et des maladies des vaisseaux sanguins des jambes et des pieds, et peut-être également le diabète, une hypertension artérielle et des troubles de la reproduction.

L'absorption d'arsenic par la peau est minimale de sorte que se laver les mains, se baigner, faire la lessive, etc. avec de l'eau contenant de l'arsenic ne comporte pas de risque pour la santé.

En Chine (Province de Taïwan), on a montré que l'exposition à l'arsenic présent dans l'eau de boisson causait une grave maladie des vaisseaux sanguins conduisant à la gangrène, connue sous le nom de « maladie du pied noir ». Cette maladie n'a pas été observée dans d'autres régions du monde, et il se pourrait que la malnutrition contribue à son apparition. Des études faites dans plusieurs pays ont toutefois montré que l'arsenic provoquait d'autres formes, moins graves, de troubles vasculaires périphériques.

Les causes

L'arsenicisme est causé par l'arsenic chimique. L'arsenic est un élément toxique qui n'a pas d'effet bénéfique apparent pour la santé de l'homme.

Les sels d'arsenic naturel sont présents dans toutes les eaux mais généralement à des concentrations très faibles uniquement. La plupart des eaux dans le monde ont des concentrations d'arsenic naturel de moins de 0,01 mg/litre.

L'arsenicisme est causé par l'exposition à l'arsenic dans l'eau de boisson sur une longue période de temps. Il peut être dû également à l'absorption d'arsenic par l'alimentation ou l'air. Les voies d'exposition multiples contribuent à l'intoxication chronique. La contamination de l'eau par l'arsenic peut également être due à des procédés industriels tels que l'exploitation minière, le raffinage des métaux, et le traitement du bois de construction. La malnutrition peut aggraver les effets de l'arsenic dans les vaisseaux sanguins.

La valeur guide de l'OMS pour l'arsenic dans l'eau de boisson est 0,01 mg/litre. Ce chiffre est limité par la capacité à mesurer les faibles concentrations d'arsenic dans l'eau.

Distribution

La contamination par l'arsenic naturel est une cause de préoccupation dans de nombreux pays du monde, notamment en Argentine, au Bangladesh, au Chili, en Chine, en Inde, au Mexique, en Thaïlande et aux Etats-Unis d'Amérique.

Ampleur du problème

Les effets retard de l'exposition à l'arsenic sur la santé, les lacunes de la notification et la faible sensibilisation dans certaines communautés font que l'ampleur des problèmes pour la santé causés par l'arsenic dans l'eau potable est mal connue. Par conséquent, il n'y a pas d'estimation fiable de l’étendue du problème dans le monde. L'OMS recueille actuellement des informations afin de procéder à une telle estimation.

Des études de cas sur la situation dans divers pays ont été compilées et le problème de l'arsenic au Bangladesh notamment a entraîné la mise en place d'une surveillance plus intense dans de nombreux pays. Au Bangladesh, il a été montré que 27% des puits tubulaires peu profonds avaient une forte concentration d'arsenic (supérieure à 0,05 mg/l). On estime que 33-77 millions de la population totale du Bangladesh qui s’élève à 125 millions étaient exposés à une eau de boisson contaminée (Bulletin de l'OMS, volume 78, (9) :page 1096). Environ une personne sur 10 qui boit de l'eau contenant 0,5 mg d'arsenic par litre ou plus pendant une longue période peut finalement mourir d'un cancer associé à l'arsenic.

Interventions

La mesure la plus importante dans les communautés affectées est la prévention de toute nouvelle exposition à l'arsenic par la fourniture d'eau de boisson saine. L'eau riche en arsenic peut être utilisée à d'autres fins telles que pour se laver et faire la lessive. Dans les phases préliminaires de l'arsenicisme, certains des effets peuvent être inversés en ne consommant plus d'eau contenant de l'arsenic. Les solutions à long terme pour la prévention de l'arsénicisme comprennent:

Pour la fourniture d'eau de boisson saine:

  • Des puits plus profonds sont souvent moins contaminés.
  • La collecte de l'eau de pluie dans les zones à forte pluviosité comme le Bangladesh. Il faut veiller à ce que les systèmes de collecte soient adéquats et qu'ils ne présentent pas de risque d'infection ou qu'ils ne favorisent pas les gîtes larvaires pour les moustiques.
  • Utilisation de systèmes d’élimination de l'arsenic dans les foyers (généralement pour des périodes plus courtes) et avant la distribution de l'eau dans les systèmes d'adduction.
  • Analyse de l'eau pour les concentrations d'arsenic et information des usagers.
  • Surveillance par les agents de santé - les populations doivent être suivies pour détecter les signes précoces d'arsénicisme - généralement des problèmes cutanés dans les régions où l'on sait que l'arsenic est présent.
  • L’éducation sanitaire en ce qui concerne les effets préjudiciables de l'arsénicisme et la manière de les éviter.

Afin de promouvoir efficacement la santé des populations, les points suivants devront être pris en compte:

Références

L'arsenic dans l'eau de boisson. Aide-mémoire OMS No 210. Révisé en mai 2001. Bulletin de l'Organisation mondiale de la Santé, volume 78 (9) : page 1096

Préparé pour la Journée mondiale de l'Eau. Revu par le personnel et les experts du Programme de Promotion de la Sécurité chimique (PCS) et le Service Eau, Assainissement et Santé (WSH), Organisation mondiale de la Santé (OMS), Genève.

Partager