Eau, assainissement et santé

Maladies liées à l'eau

Encéphalite japonaise

La maladie et son impact sur les populations

L'encéphalite japonaise est une maladie due à un flavivirus qui touche les membranes qui enveloppent le cerveau. La plupart des infections par le virus de l'encéphalite japonaise sont bénignes (fièvre et céphalées) ou sans symptômes apparents, mais environ 1 infection sur 200 entraîne une maladie grave caractérisée par l'apparition brusque d'une forte fièvre, des céphalées, une raideur de la nuque, une désorientation, un coma, des crises convulsives, une paralysie spastique et une issue fatale. Le taux de létalité peut atteindre 60% chez les personnes ayant les symptômes de la maladie; 30% de ceux qui survivent souffrent d'atteintes permanentes du système nerveux central. Dans les zones où le virus de l'encéphalite japonaise est répandu, l'encéphalite survient principalement chez les jeunes enfants du fait que les enfants plus âgés et les adultes ont déjà été infectés et sont immunisés.

Les causes

Le virus qui cause l'encéphalite japonaise est transmis par des moustiques appartenant aux groupes Culex tritaeniorhynchus et Culex vishnui, lesquels se reproduisent plus particulièrement dans les rizières inondées. Le virus circule chez les ardéidés (hérons et aigrettes). Les porcs sont des hôtes amplificateurs, le virus se reproduisant chez les porcs et infectant des moustiques lors des repas de sang tout en ne causant pas la maladie. Le virus a tendance à s’étendre aux populations humaines lorsque les populations de moustiques infectés se développent de manière phénoménale et le taux de piqûres augmente chez l'homme (ces culicidés sont normalement zoophiles, c'est-à-dire qu'ils préfèrent prendre leur repas de sang chez des animaux).

Distribution de la maladie

L'encéphalite japonaise est une cause majeure d'encéphalite virale en Asie avec 30000 à 50000 cas cliniques signalés chaque année. Elle se produit des îles du Pacifique occidental à l'est, à la frontière pakistanaise à l'ouest, et de la Corée au nord jusqu’à la Papouasie-Nouvelle-Guinée au sud. Du fait du rôle critique joué par les porcs, sa présence dans les pays musulmans est négligeable. La distribution de l'encéphalite japonaise est liée de manière très significative à la production de riz irriguée associée à l’élevage de porcs.

Ampleur du problème

L'encéphalite japonaise est une maladie à foyers dispersés et des flambées importantes sont survenues dans un certain nombre de régions au cours des 15 dernières années, y compris le Sud de l'Inde (district d'Arkot dans le Tamil Nadu) et au Sri Lanka (Système Mahaweli H).

Interventions

Un vaccin tué efficace est disponible pour l'encéphalite japonaise, mais il est coûteux et nécessite une primovaccination suivie par deux doses de rappel. C'est une intervention efficace pour les voyageurs, mais son utilité en santé publique est limitée dans les zones où les ressources dont disposent les services de santé sont restreintes. Un vaccin vivant atténué bon marché est utilisé en Chine mais il n'est pas disponible ailleurs. La lutte chimique contre les vecteurs n'est pas une solution, étant donné que les lieux de reproduction (rizières irriguées) sont étendus. Toutefois, dans certains systèmes de production de riz confrontés à des pénuries d'eau, certaines mesures de gestion de l'eau qui réduisent les populations de vecteurs (inondation et assèchement alternés) peuvent être appliquées. La protection personnelle (utilisation de produits répulsifs et/ou de moustiquaires) peut être efficace dans certaines conditions. L’élimination de la population porcine est souvent une mesure prise suite à des flambées épidémiques. L'introduction de l’élevage du porc comme source secondaire de revenus pour les riziculteurs dans les zones réceptives ne doit certainement pas être encouragée.

Préparé pour la Journée mondiale de l'Eau. Revu par le personnel et les experts du Groupe organique des maladies transmissibles (CDS) et le Service Eau, Assainissement et Santé (WSH), Organisation mondiale de la Santé (OMS), Genève.

Partager