Eau, assainissement et santé

Les maladies liées à l'eau

Méthémoglobinémie

La méthémoglobinémie est causée par la capacité réduite du sang à transporter l'oxygène vital dans l'ensemble de l'organisme. Une des causes les plus courantes est la présence de nitrates dans l'eau de boisson. Elle est très importante chez les nouveau-nés nourris au biberon et l'eau des puits dans les zones rurales est un sujet de préoccupation particulière. La surveillance de concentrations de nitrates dans les sources d'eau de boisson inférieures à 50 mg/litre est une mesure préventive efficace.

La maladie et son effet sur les populations

La méthémoglobinémie est caractérisée par une capacité réduite du sang à transporter l'oxygène du fait de la diminution des niveaux d'hémoglobine normale. Il s'agit d'une maladie rare. Ce sont le plus souvent les nouveau-nés qui sont affectés; ils peuvent sembler en bonne santé, mais ils présentent des signes de bleuissement autour de la bouche, sur les mains et les pieds, ce qui explique donc le nom courant de « syndrome du bébé bleu ». Ces enfants peuvent avoir des troubles respiratoires ainsi que des vomissements et des diarrhées. Dans les cas extrêmes, on observe une léthargie marquée, une augmentation de la production de salive, une perte de conscience et des crises convulsives. Certains cas peuvent être mortels.

Dans l'organisme, les nitrates sont convertis en nitrites. Les nitrites réagissent avec l'hémoglobine dans les érythrocytes pour former la méthémoglobine, affectant la capacité du sang à transporter suffisamment d'oxygène jusqu'aux cellules de l'organisme. Les nouveau-nés âgés de moins de trois mois nourris au biberon sont particulièrement menacés. L'hémoglobine des nouveau-nés est plus sensible et l'affection est aggravée par une infection gastro-intestinale. Les personnes plus âgées courent également un risque du fait de la diminution de la sécrétion d'acide gastrique.

La malnutrition et l'infection semblent augmenter le risque de méthémoglobinémie (McDonald et Kay, 1988). La santé générale du nouveau-né ainsi que la prise de vitamine C peuvent déterminer ou non si l'affection se développera (Super et al, 1981).

Parmi les autres personnes courant le risque de développer la méthémoglobinémie figurent les adultes ayant une prédisposition héréditaire, les personnes ayant des ulcères peptiques ou une gastrite chronique, ainsi que les patients sous dialyse.

Les causes

Des concentrations élevées de nitrates dans l'eau de boisson constituent la cause la plus courante de méthémoglobinémie. Des concentrations élevées de nitrate à l’état naturel peuvent être présentes dans l'eau de boisson du fait de l'utilisation de fumier et d'engrais sur les terres agricoles. La concentration naturelle des nitrites et des nitrates dans l'environnement est habituellement de quelques milligrammes par litre, bien que des concentrations élevées puissent se produire naturellement dans certaines zones. Les pratiques agricoles intensives peuvent faire augmenter cette valeur à plus de 50 mg/litre (OMS 1998). On sait que des concentrations supérieures à 50 mg/litre ont été associées à la méthémoglobinémie chez des nouveau-nés nourris au biberon. Les nitrates se trouvent également dans les légumes. La méthémoglobinémie peut aussi être un effet secondaire de certains médicaments (phénacétine et sulphonamides), bien que ce soit très rare avec les médicaments modernes.

Ampleur du problème

La méthémoglobinémie est rare aujourd'hui dans la plupart des pays industrialisés du fait du contrôle des nitrates dans les approvisionnements en eau, bien que des cas isolés continuent d’être signalés dans les zones rurales. Elle représente un risque dans les pays en développement, par exemple lorsque l'eau provient des puits peu profonds dans des zones agricoles.

Il n'y a pas d'estimation fiable de l'ampleur du problème au niveau mondial. L'OMS recueille actuellement des informations en vue de fournir cette estimation.

Interventions

Le contrôle des nitrates dans l'eau de boisson est une mesure de prévention efficace. La valeur guide de l'OMS dans l'eau de boisson est de 50 mg/litre et de 3 mg/litre pour les nitrites. Ceci est réalisé relativement facilement dans les approvisionnements en eau sous adduction centralisés mais c'est plus difficile dans les petits approvisionnements ruraux.

Le groupe actuellement le plus menacé est celui des nouveau-nés nourris au biberon. L'allaitement maternel protège les bébés de la méthémoglobinémie. Faire bouillir l'eau n’élimine pas les nitrates.

Pour les personnes gravement touchées, un traitement médical est possible. .

Références

McDonald A T, Kay D. Water resources issues and strategies. UK: Longman Scientific and Technical, 1988, p 146-148

Super M, Heese HV , Mackenie D et al. An epidemiological study of well water nitrates in a group of South West African /Namibian infants. Water Research, 1981: 15: 1265-70

Directives OMS de qualité pour l'eau de boisson. Deuxième édition, Additif au Volume 1: Recommendations. Genève: OMS, 1998, p-8-10; et Additif au Volume 2 : Critères d'hygiène et documentation d'appui.

Préparé pour la Journée mondiale de la Santé. Révisé par le personnel et les experts du Programme relatif à la Sécurité chimique (PCS), et le Service Eau, Assainissement et Santé (WSH), Organisation mondiale de la Santé (OMS), Genève.

Partager