Eau, assainissement et santé

La dengue dans les pays d'Asie victimes du raz-de-marée

La dengue en général

Les virus qui causent la dengue et la dengue hémorragique sont transmis par le moustique Aedes aegypti, et en Asie, dans une moindre mesure, par Ae. albopictus. Aedes aegypti prolifère principalement dans les récipients d'eau artificiels des zones de peuplement, mais pas dans les nappes et poches d'eau souterraine, ni dans les marécages ou autres grandes étendues d'eau naturelles. La prévention des épidémies de dengue passe par la lutte contre le vecteur Ae. aegypti.

Il n'existe pas de vaccin ni de médicaments contre la maladie.

Aedes aegypti dans les zones frappées par le raz-de-marée

La dengue est endémique dans tous les pays victimes du raz-de-marée.

Dans les abris provisoires, l'eau potable provenant de sources extérieures ou constituée d'eau de pluie est généralement conservée dans des récipients propices à la reproduction de Ae. aegypti (et dans une moindre mesure de Ae. albopictus). L'eau de pluie qui s'accumule dans d'autres récipients ou décombres dans les zones sinistrées peut aussi devenir un gîte larvaire des moustiques du genre Aedes.

Comme les moustiques vecteurs piquent pendant le jour, l'utilisation de moustiquaires imprégnées d'insecticide pendant la nuit n'offre guère de protection.

Mesures

Il est utile, pour prévenir les flambées de dengue, d'empêcher la reproduction des moustiques dans les récipients d'eau potable en les recouvrant, en les vidant fréquemment (au moins une fois par semaine) ou en les traitant au moyen d'un insecticide, par exemple du téméphos en granulés à noyau de sable à 1%. De telles mesures peuvent toutefois ne pas suffire dans les zones de peuplement où des flaques d'eau douce se forment dans d'autres récipients artificiels et débris divers. Il faut alors, si possible, traiter ces récipients au moyen de larvicides chimiques. La pulvérisation spatiale d'insecticide pour éliminer les moustiques adultes Ae. aegypti peut aussi se justifier dans les zones de peuplement abritant des gîtes larvaires ou dans lesquelles la dengue se transmet. Un matériel portable est nécessaire dans les endroits difficilement accessibles par la route. On distribuera si possible du répulsif anti-moustiques aux populations concernées. Les pulvérisations spatiales et les répulsifs aideront aussi à éviter provisoirement la gêne occasionnée par la présence de moustiques.

La dengue et la dengue hémorragique doivent faire partie du système de surveillance postérieure à la catastrophe et les services hospitaliers doivent être prêts à réagir en cas de flambée.

Documents de reference