Eau, assainissement et santé

La santé et les services d’approvisionnement en eau de boisson salubre et d’assainissement de base

La cible 10 de l’objectif 7 des objectifs du Millénaire pour le développement vise à réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion de la population qui n’a pas accès de façon durable à un approvisionnement en eau de boisson salubre et à des services d’assainissement de base

Qu’entend-on par accès de façon durable à un approvisionnement en eau de boisson salubre et à des services d’assainissement de base ?

L’OMS et l’UNICEF assurent, pour le système des Nations Unies, le suivi des progrès réalisés concernant la cible 10 des OMD. Le Programme commun OMS/UNICEF définit l’eau de boisson salubre et l’assainissement de base comme suit :

  • L’eau de boisson désigne l’eau utilisée à des fins domestiques, la boisson, la cuisine et l’hygiène personnelle.
  • L’accès à l’eau de boisson signifie que la source est située à moins d’un kilomètre de l’endroit de son utilisation et qu’il est possible d’obtenir régulièrement au moins 20 litres d’eau par habitant et par jour.
  • L’eau potable est une eau ayant des caractéristiques microbiennes, chimiques et physiques qui répondent aux directives de l’OMS ou aux normes nationales relatives à la qualité de l’eau de boisson.
  • L’accès à l’eau potable est indiqué par la proportion de personnes qui utilisent des sources d’eau potable améliorées : raccordement à domicile ; bornes-fontaines publiques ; trous de sondage ; puits protégés ; sources protégées ; eau de pluie.

L’assainissement de base est la technologie la moins coûteuse qui assure l’évacuation hygiénique des excréments et des eaux ménagères ainsi qu’un milieu de vie propre et sain tant à domicile que dans le voisinage des utilisateurs. L’accès aux services d’assainissement de base comprend la sécurité et l’intimité dans l’utilisation de ces services. La couverture indique la proportion de gens qui utilisent des services d’assainissement améliorés : connexion à un égout public ; connexion à une fosse septique ; latrine à chasse d’eau ; latrine à fosse simple ; latrine améliorée à fosse autoventilée.

Soutien apporté à la réalisation des OMD dans leur ensemble

L’association des services d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement hygiénique est une condition préalable au succès de la lutte contre la pauvreté et la faim (Objectif 1), l’éducation primaire (Objectif 2), l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (Objectif 3), la mortalité de l’enfant (Objectif 4), la santé maternelle (Objectif 5), le VIH/SIDA et le paludisme (Objectif 6), l’assurance de l’environnement durable (Objectif 7) et la mise en place d’un partenariat mondial pour le développement (Objectif 8).

Eau potable, assainissement, santé et maladie

Environ 2,6 milliards de personnes – soit la moitié du monde en développement – n’ont même pas accès à une latrine simple « améliorée » et 1,1 milliard de personnes n’ont aucun accès quel qu’il soit à une source d’eau salubre améliorée. La conséquence directe est la suivante :

  • 1,6 million de personnes meurent chaque année de maladies diarrhéiques (et notamment du choléra) dues au manque d’accès à un approvisionnement en eau de boisson salubre et à un assainissement de base ; 90 % de ces personnes sont des enfants de moins de cinq ans, vivant pour la plupart dans les pays en développement ;
  • 160 millions de personnes ont contracté la schistosomiase, ce qui entraîne des dizaines de milliers de morts tous les ans ;
  • 500 millions de personnes sont exposées au trachome et, sur ce nombre, 146 millions sont menacées de cécité et 6 millions sont malvoyantes ;
  • les helminthiases (ascaridiase, trichocéphalose et ankylostomiase) sont le fléau des pays en développement à cause du manque d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène : 133 millions de personnes souffrent d’helminthiases graves et environ 1,5 million de cas cliniques d’hépatite A sont enregistrés chaque année.

Que doit-on faire pour atteindre la cible ?

Pour atteindre la cible de l’OMD, il faut s’engager à élargir la couverture mondiale en eau salubre, laquelle était de 77 % en 1990, pour la faire passer à 88,5 % en 2015. Au cours de la période 1990-2002 (pour laquelle on dispose de données), la couverture mondiale a augmenté de 5 % (elle est passée de 77 à 83 %). Cela signifie que près d’un milliard de personnes ont obtenu l’accès à des sources d’eau meilleure durant ce temps. La progression mondiale de la couverture de 1990 à 2002 montre que la cible des OMD pour l’eau potable sera probablement atteinte, sauf en Afrique subsaharienne qui est à la traîne derrière les autres régions en développement pour ce qui est des progrès réalisés vers cette cible.

Atteindre la cible des OMD en matière d’assainissement exigera un effort sans précédent, car 2,6 milliards de personnes n’avaient aucun accès aux services d’assainissement de base en 2002. Entre 1990 et 2002, l’accès à un meilleur assainissement a augmenté de 9 % pour atteindre 58 % dans le monde. Afin de réduire de moitié la proportion de la population n’ayant pas accès à des services d’assainissement améliorés, la couverture mondiale doit passer à 75 % d’ici à 2015, alors qu’elle n’était que de 49 % en 1990. Toutefois, si la tendance 1990-2002 se poursuit, le monde ratera la cible fixée pour l’assainissement de plus d’un demi-milliard de personnes. En d’autres termes, il y aura près de 2,4 milliards de personnes qui n’auront toujours pas accès à des services d’assainissement améliorés en 2015, soit pratiquement le même nombre qu’aujourd’hui.

Ce que le fait d’atteindre l’objectif signifie pour la santé

Le fait d’atteindre la cible de l’OMD permettrait d’éviter 470 000 décès et offrirait 320 millions de journées de travail productives et supplémentaires chaque année. L’analyse économique montre que les bénéfices des investissements faits pour atteindre la cible seraient considérables. Selon la région du monde choisie, on a estimé que les gains économiques allaient de US $3 à US $34 pour chaque dollar investi.

Action de l’OMS

L’axe stratégique adopté par l’OMS pour contribuer aux tentatives mondiales faites pour atteindre la cible de l’eau et de l’assainissement porte sur toute une gamme d’interventions depuis la promotion et la sensibilisation à tous les niveaux jusqu’aux opérations dans les pays destinées aux pauvres et aux démunis et s’appuyant sur une série de normes et de bonnes pratiques solides et faisant autorité. L’OMS collabore avec ses partenaires en ce qui concerne ses domaines programmatiques de prédilection, lesquels comprennent :

  • la surveillance mondiale du secteur de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement dans le cadre du Programme commun OMS/UNICEF de surveillance de l’eau et de l’assainissement, qui est l’instrument dont se sert le système des Nations Unies pour mesurer les progrès accomplis aux niveaux national, régional et mondial dans la réalisation de la cible eau et assainissement de l’OMS ;
  • l’élaboration, la mise à jour permanente et la large diffusion des directives de qualité de l’OMS pour l’eau de boisson et d’autres normes qui sont fondamentales si l’on veut améliorer la qualité des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement ;
  • des études novatrices qui comparent le coût de la fourniture ou de l’amélioration de services d’eau et d’assainissement et les avantages des différentes interventions dans les domaines de la santé et autres ;
  • la promotion et le soutien de l’action sur le traitement de l’eau à domicile dans le cadre d’un réseau mondial constitué d’organisations internationales, d’instituts de recherche, de fonctionnaires dans différents pays ;
  • la promotion et le soutien nécessaires pour améliorer les comportements en matière d’hygiène et les aspects sexospécifiques ;
  • un soutien ferme à l’utilisation d’approches rationnelles pour améliorer la couverture en matière d’assainissement au moyen de technologies financièrement abordables, efficaces et écologiques.
Partager