Rapport sur la santé dans le monde

Chapitre 1: Les défis actuels de la santé dans le monde

Les défis actuels de la santé dans le monde

L'étude des dernières tendances de la situation sanitaire dans le monde, qui fait l'objet de ce chapitre, montre que, malheureusement, les disparités s'accentuent partout. En 2002, alors que l'espérance de vie à la naissance a atteint 78 ans chez les femmes des pays développés, elle a reculé à 46 ans chez les hommes de l'Afrique subsaharienne, en grande partie par suite de l'épidémie d'infection à VIH/SIDA. Des millions d'enfants, notamment en Afrique, luttent aujourd'hui pour survivre jusqu'à leur cinquième anniversaire et ils sont moins sûrs d'y parvenir qu'il y a une dizaine d'années. Cet état de choses est la conséquence de maladies infectieuses toujours présentes. Or, dans le même temps, les maladies non transmissibles progressent dans le monde, venant s'ajouter aux terribles difficultés que connaissent déjà les pays en développement.

Bien que le présent rapport ait pour cadre la santé dans l'ensemble du monde, le constat qu'il dresse porte irrésistiblement à considérer en premier lieu la fragilité croissante de la situation sanitaire en Afrique subsaharienne. C'est là, en effet, où des millions de gens survivent tant bien que mal, que l'on peut véritablement mesurer ce qu'il en coûte d'être pauvre. Presque tout le continent est à la traîne.

Pour 35 % des enfants d'Afrique, le risque de décès est globalement plus élevé qu'il y a dix ans. Toutes les heures, plus de 500 mères perdent un enfant en bas âge. En 2002, plus de quatre millions d'enfants sont morts en Afrique. Quant à ceux qui survivent aux problèmes de l'enfance, ils connaissent à l'âge adulte un taux de mortalité supérieur à ce qu'il était 30 ans auparavant. L'espérance de vie, invariablement plus limitée que presque partout ailleurs, s'amenuise encore. Dans certains pays d'Afrique, elle a diminué de 20 ans et elle ne dépasse pas 46 ans pour les hommes.

La plupart du temps la mort prend une apparence familière et il est démoralisant de constater que les principales causes en sont bien connues: affections périnatales étroitement liées à la pauvreté, maladies diarrhéiques, pneumonie et autres affections respiratoires basses, paludisme. Plus présent aujourd'hui, le VIH/SIDA, qui est devenu la principale cause de mortalité chez les adultes de 15-59 ans dans le monde, tue toutes les 24 heures près de 5000 hommes et femmes de cette tranche d'âge et près de 1000 de leurs enfants en Afrique subsaharienne.

Les principales causes de la tragédie africaine se retrouvent également dans beaucoup des populations les plus démunies de la planète, notamment l'extrême lenteur des progrès vers les objectifs du Millénaire pour le développement en matière de réduction de la mortalité maternelle et juvénoinfantile, la pandémie d'infection à VIH/SIDA, ou la double charge que font peser maladies transmissibles et non transmissibles, sans oublier l'épidémie de tabagisme et les décès -- évitables -- que provoquent les accidents de circulation. Dans les chapitres suivants, nous examinerons chacune de ces causes et nous montrerons comment on peut et doit y remédier pour assurer un meilleur avenir.

Documents connexes

Télécharger ce chapitre [pdf 255kb]