Rapport sur la santé dans le monde

Chapitre 4


Conduite du changement

L’élargissement de l’accès au traitement antirétroviral va créer toute une série de problèmes et susciter mainte occasion favorable à saisir, d’où la nécessité d’une direction et d’orientations efficaces de la part des pouvoirs publics, mais aussi d’innovations et d’une participation au niveau local. Parmi les éléments essentiels d’une bonne direction figure l’aptitude à mobiliser les institutions et les individus sur des objectifs communs en leur indiquant clairement la voie à suivre, à motiver les organismes publics et les milieux politiques pour qu’ils appuient l’action sanitaire ainsi qu’à appliquer des normes communes. S’y ajoutent les mesures prises pour faciliter la communication, diffuser les connaissances, recenser les lacunes et y remédier et, enfin, pour favoriser les partenariats lorsqu’il y a lieu, arbitrer les conflits, promouvoir activement la transparence et, tâche essentielle, assurer la protection des groupes vulnérables.

Quatre aspects de cette direction sont particulièrement importants dans ce contexte. Le premier est la définition d’un cadre stratégique national clair pour la prévention, les soins et le traitement qui donne à tous les acteurs du système de santé les orientations générales dont ils ont besoin. Ce cadre doit faire partie intégrante d’un ensemble applicable à la totalité des menaces qui pèsent sur la santé de la population et s’inscrire dans la durée. Le second aspect est la capacité d’organiser des coalitions et de veiller au respect des engagements pris par les parties intéressées à l’égard des objectifs et stratégies agréés. Le troisième est la formulation et l’application d’un système de règles et d’incitations destinées à faire dispenser des soins de qualité par tous les prestataires publics ou privés. Le quatrième est la supervision qui consiste à instaurer une surveillance stratégique de tout ce qui se fait dans l’ensemble du système de santé. Elle a aussi pour objet de déterminer si les politiques sont ou non exécutées, ce qui est en cours ou ne l’est pas et si les réactions sont adaptées aux besoins. La conception d’un système d’information sanitaire et la gestion d’un processus de surveillance continue sont indispensables pour asseoir les décisions des dirigeants sur des faits concrets.

Documents connexes

Partager