Rapport sur la santé dans le monde

Résumé


Pourquoi étendre le traitement

Dans de nombreux pays, les coûts économiques et sociaux à long terme du VIH/SIDA ont été gravement sous-estimés. Des projections plus fines font maintenant craindre que, s’ils ne parviennent pas à endiguer l’épidémie, certains pays d’Afrique sub- saharienne soient menacés d’un désastre économique, et cela dans une large mesure parce que le VIH/SIDA affaiblit et tue des adultes comme Joseph Jeune à la fleur de l’âge. Les données figurant dans le présent rapport et dans le prochain Rapport mondial de l’ONUSIDA/OMS confirment l’aggravation des ravages sociaux de l’épidémie. Un renforcement de la prévention est essentiel pour préserver les générations futures, mais l’extension du traitement antirétroviral s’impose aussi pour protéger la stabilité et la sécurité des communautés, des pays et des régions, et pour renforcer les bases du développement à venir.

Le fait qu’un traitement efficace existe, mais n’est pas encore accessible à des millions de personnes qui en ont un besoin urgent, est une réalité à laquelle l’OMS doit faire face pour s’acquitter des obligations particulières qui lui incombent parmi les parrains de l’ONUSIDA. La Constitution de l’OMS la charge en effet de réaliser l’objectif universel consistant à « amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible ». Dans le cas du VIH/SIDA, cela suppose que tous ceux dont l’état clinique nécessite un traitement peuvent accéder à des antirétroviraux.

Documents connexes

Partager