Rapport sur la santé dans le monde

Résumé


Résumé du chapitre 5

Vers un avenir plus sûr

Dans le chapitre 5, on insiste sur l’importance d’un renforcement des systèmes de santé pour l’action sécuritaire en santé publique. On fait d’ailleurs valoir que bien des urgences de santé publique évoquées dans le rapport auraient pu être évitées ou circonscrites si les systèmes de santé concernés avaient été plus solides et mieux préparés. Certains pays ont plus de peine que d’autres à faire face aux menaces qui pèsent sur la sécurité sanitaire parce qu’ils ne disposent pas des ressources nécessaires, que leur infrastructure médico‑sanitaire s’est effondrée par suite de l’insuffisance des investissements et de la pénurie de personnel de santé dûment formé, ou encore parce que cette infrastructure a été mise à mal ou détruite par un conflit armé ou une précédente catastrophe naturelle.

Il n’y a pas de pays – si capable, riche ou technologiquement avancé qu’il soit – qui puisse à lui seul prévenir, détecter et combattre la totalité des menaces qui pèsent sur la santé publique. Certaines d’entre elles peuvent être invisibles au niveau national et n’apparaître qu’au terme d’une évaluation correcte du risque par une analyse de la situation dans sa globalité planétaire ou encore nécessiter une coordination internationale efficace.

C’est là le fondement du RSI (2005) mais, comme tous les pays ne seront pas en mesure de relever le défi dans l’immédiat, l’OMS devra compter sur sa longue expérience de chef de file pour les questions de santé publique internationale, sur sa capacité à rassembler et sur les partenariats qu’elle a établis avec les gouvernements, les organisations des Nations Unies, la société civile, les milieux universitaires, le secteur public et les médias pour faire fonctionner ses systèmes de surveillance et d’alerte au niveau mondial.

Comme indiqué au chapitre 1, les réseaux OMS de surveillance et le GOARN sont des partenariats internationaux efficaces qui assurent un service tout en jouant le rôle de filets de sécurité. Le GOARN est en mesure de déployer dans les 24 heures des équipes d’intervention rapide en n’importe quel point du globe afin de prêter une assistance directe aux autorités nationales. Les divers réseaux de surveillance et de laboratoires de l’Organisation sont capables d’établir le tableau général des risques sanitaires dans le monde et d’aider à une analyse efficace des différentes situations.

Par leur action d’ensemble, ces systèmes permettent de combler les lacunes criantes dues à l’absence de moyens nationaux et d’assurer la protection de la communauté mondiale au cas où, pour des raisons d’ordre politique ou autres, on pourrait souhaiter retarder une notification.

Toutefois, pour que ces systèmes continuent à fonctionner efficacement, ils doivent disposer de ressources suffisantes en matière de personnel, de technologie et d’appui financier. Même si les capacités nationales sont renforcées, les réseaux mondiaux de l’OMS resteront tout aussi nécessaires. En fait, à mesure que le RSI (2005) tendra vers son application intégrale, les partenariats, les échanges de connaissances, le progrès technologique, la gestion des événements sanitaires et les communications stratégiques se développeront parallèlement.

Documents connexes

Partager