Journée mondiale de la Santé

Journée mondiale de la Santé 2012 - Ce que vous devez savoir à propos du vieillissement

Dossier pour les organisateurs de manifestations


Lutter contre les stéréotypes

Généralement, nous apprécions et respectons les personnes âgées que nous aimons et dont nous sommes proches. Mais notre attitude envers les autres est parfois différente. Les personnes âgées sont respectées en tant qu’«aînés» dans beaucoup de sociétés traditionnelles mais moins dans d’autres.

Leur marginalisation peut être structurelle, provoquée par exemple par un âge de départ à la retraite obligatoire, ou informelle, parce qu’elles sont considérées comme moins dynamiques et sont moins valorisées par les employeurs potentiels.

Ces attitudes sont propres à «l’âgisme», c’est-à-dire le fait d’avoir un comportement discriminatoire envers des personnes ou des groupes, ou de les considérer au travers de stéréotypes, en raison de leur âge.

Ceux qui adoptent cette attitude considèrent que les personnes âgées sont fragiles, qu'elles ne sont plus «dans le coup», qu'elles sont incapables de travailler, physiquement faibles et lentes mentalement, handicapées ou inutiles. L’âgisme divise la société entre les jeunes et les vieux.

Ces stéréotypes empêchent parfois les personnes âgées de participer pleinement aux activités sociales, politiques, économiques, culturelles, spirituelles, civiques et autres. Il se peut également que les gens plus jeunes, en raison de leur attitude, dissuadent les gens âgés voire fassent obstacle à leur participation.

Il est possible de sortir de ce cercle vicieux en combattant les stéréotypes et en changeant d’attitude envers les personnes âgées.

Stéréotype 1: Les personnes âgées ne sont plus «dans le coup»

On pense souvent que les travailleurs âgés sont moins productifs que les jeunes et des études montrent qu’avec l’âge le traitement de l’information est un peu moins performant et l’attention baisse légèrement, mais la plupart des gens conservent leurs facultés intellectuelles et leur capacité à apprendre jusqu’à un âge avancé.

En outre, elles ont l’avantage d’avoir de l’expérience et une mémoire institutionnelle. Le déclin des capacités physiques est parfois bien moindre qu’on ne le pense. Le 16 octobre 2011, Fauja Singh, de nationalité britannique a terminé le Toronto Waterfront Marathon, au Canada, et est ainsi devenu le premier centenaire à terminer ce type d’épreuve.

Stéréotype 2: Les personnes âgées sont inutiles

Le fait que les personnes âgées soient particulièrement vulnérables dans les situations d’urgence ne signifie pas qu’elles soient toujours inutiles. Après le cyclone Sidr qui a frappé le Bangladesh en 2007, des comités de personnes âgées ont pris plusieurs initiatives: ils ont diffusé des messages d’alerte précoce auprès des personnes et des familles les plus exposées, recensé les personnes les plus touchées, dressé des listes des bénéficiaires, à qui ils ont indiqué quand et où ils recevraient les biens de première nécessité.

Après le séisme et le tsunami qui ont touché le Japon en 2011, des personnes âgées et des retraités se sont présentés volontairement sur le site de la centrale nucléaire sinistrée, en disant qu’ils n’avaient pas peur d’être contaminés par les radiations. Compte tenu de leur âge, ils étaient moins inquiets des conséquences de l’exposition à long terme.

Stéréotype 3: Les personnes âgées sont condamnées à la sénilité

Les pertes de mémoire occasionnelles sont courantes à tout âge. Mais, bien que le risque d’apparition de symptômes démentiels augmente considérablement après 60 ans, les signes évocateurs d’une démence (perte des facultés intellectuelles), par exemple la difficulté à accomplir des tâches simples ou à finir des phrases ou la confusion temporelle (impossibilité de préciser le mois ou la saison en cours) ne sont pas des signes normaux du vieillissement.

La plupart des personnes âgées sont capables de gérer leur argent et de s’organiser pour leur vie quotidienne. Elles sont capables de donner leur consentement éclairé pour les traitements ou les interventions médicales dont elles ont besoin. En fait, certains types de mémoire restent intacts et même continuent à s’améliorer avec l’âge, par exemple la mémoire sémantique, c’est-à-dire la capacité de retenir des concepts et des informations d’ordre général qui ne sont pas liés à des expériences précises.

Stéréotype 4: Les femmes âgées sont moins valorisées que les femmes jeunes

On juge souvent une femme en fonction de sa beauté, de sa jeunesse et de sa capacité d’avoir des enfants et on accorde rarement de l’importance au rôle joué par les femmes âgées au sein de leur famille et de leur communauté, où elles s’occupent de leur partenaire, de leurs parents, de leurs enfants et de leurs petits-enfants. Dans la plupart des pays, ce sont souvent les femmes qui s’occupent de la famille et, dans certains cas, de plusieurs générations. Il s’agit souvent de femmes âgées. Par exemple, dans les campagnes d’Afrique subsaharienne, 20% des femmes de plus de 60 ans élèvent leurs petits-enfants.

Stéréotype 5: Les personnes âgées ne méritent pas qu’on les soigne

Chez les personnes âgées, les maladies susceptibles d’être traitées sont souvent négligées et considérées comme «une conséquence normale du vieillissement». Le vieillissement n’est pas nécessairement synonyme de souffrance et ce n’est qu’à un âge très avancé que des limitations corporelles apparaissent. Le droit au meilleur état de santé possible est le même pour tous, quel que soit l’âge: c’est surtout la société qui fixe des limites pour l’accès à des traitements complexes, des soins de réadaptation et à la prévention secondaire des maladies et des handicaps.

Ce n’est pas l’âge en soi qui empêche les personnes âgées de rester actives au sein de la société. Mais plutôt le mépris, les préjugés, les discriminations qui pèsent à leur encontre et portent atteinte à leur dignité.

Partager