Journée mondiale de la Santé

Message du Directeur général

OMS

Dans le contexte actuel de menaces globales croissantes pour la santé, qu'il s'agisse du SRAS, de la grippe aviaire, du VIH/sida ou des urgences humanitaires, la Journée mondiale de la Santé et le Rapport sur la santé dans le monde sont placé cette année sous le thème de la sécurité sanitaire internationale. La Journée mondiale de la Santé 2007 donnera à la communauté internationale une occasion idéale de réfléchir à l'interdépendance croissante entre la santé et la sécurité, ainsi qu'à la nécessité d'investir dans la santé pour bâtir un avenir plus sûr.

Les menaces pour la santé ne connaissent pas de frontières. A l'heure où le commerce et les voyages se mondialisent à grande échelle, des maladies anciennes ou nouvelles peuvent franchir les frontières nationales et menacer notre sécurité collective. Nous ne pourrons contenir cette menace que par une intense collaboration entre les pays développés et les pays en développement, ainsi que par un échange accru d'informations et par le renforcement des systèmes de santé publique et de la surveillance. J'attends avec impatience l'entrée en vigueur du Règlement sanitaire international révisé en juin de cette année. Son application contribuera à créer et à renforcer des mécanismes efficaces d'alerte et d'action en cas d'épidémie aux niveaux national et international. Nous devons continuer à investir et à construire.

Le VIH/sida illustre puissamment combien santé et sécurité sont devenues interdépendantes. Le VIH/sida menace la stabilité de régions et de nations entières. Contrairement à d'autres maladies, le sida s'en prend aux membres les plus productifs de la société. Et même si l'on s'efforce activement de trouver un vaccin et d'élargir l'accès à des soins abordables, beaucoup reste à faire.

Les menaces pesant sur la sécurité sanitaire sont nombreuses et variées: elles incluent les chocs soudains causés à la santé et à l'économie par les maladies émergentes, les urgences humanitaires, les effets des changements climatiques ou de la dégradation de l'environnement, le bioterrorisme et d'autres risques sanitaires aigus. Nous devons collaborer pour faire face à leurs effets sanitaires, afin de mieux nous préparer à affronter efficacement ces menaces lorsqu'elles se concrétisent.

Compte tenu de la complexité de ces défis pour la santé et la sécurité, ainsi que des réponses qui s'imposent, ces questions ne relèvent pas seulement des gouvernements mais aussi des organisations internationales, de la société civile et du monde des affaires. Consciente de ce fait, l'Organisation mondiale de la Santé rend le monde plus sûr en collaborant étroitement avec toutes les parties intéressées pour relever ces défis partagés.

Même si la collaboration à tous les niveaux est essentielle, chaque pays doit investir dans la santé et accroître sa capacité de conjurer les menaces présentes ou futures en renforçant son propre système de santé publique. Cela passe souvent par des investissements considérables dans la surveillance et la prévention des maladies ainsi que dans l'éducation. Mais cela s'avère parfois aussi simple et peu coûteux que de fournir des moustiquaires pour réduire la propagation du paludisme ou d'assurer l'accès à de l'eau potable lors de crises humanitaires.

Cette Journée mondiale de la Santé est ma première en tant que Directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé. Mettant à profit les contributions exceptionnelles de mes prédécesseurs, en particulier du Dr LEE Jong-wook, je suis animée par la conviction que dans notre monde de plus en plus peuplé, étroitement interconnecté et mobile, nous devons agir ensemble pour la sécurité sanitaire internationale.

C'est dans ce contexte que je vous invite à participer à la Journée mondiale de la Santé 2007, dans un effort commun pour Investir dans la santé, bâtir un avenir plus sûr pour tous.

Dr Margaret Chan
Directeur général
Organisation mondiale de la Santé

Partager