La Thaïlande sur la voie de l’élimination de la rage d’ici à 2020

Septembre 2017

Grâce à la vaccination en masse des chiens et en améliorant l’accès à la prophylaxie antirabique, la Thaïlande a réduit de plus de 90% le nombre de cas de rage humaine depuis les années 1980.

La Princesse Chulabhorn Mahidol de Thaïlande à son arrivée au Siège de l'OMS, accueillie par le Dr Ren Minghui, Sous-Directeurs généraux Bureau du Directeur général Anciens Directeurs généraux Directeurs régionaux Dr Ren Minghui  Sous-Directeur général chargé des maladies tropicales négligées
OMS/C. Black

Le 28 août 2017, l’OMS a accueilli au Siège de l’Organisation à Genève, Son Altesse Royale la Princesse Chulabhorn Mahidol de Thaïlande. La Princesse plaide en faveur des efforts visant à libérer la Thaïlande de la rage d’ici à 2020, conformément à l’initiative plus large pour mettre un terme aux décès dus à la rage chez l’homme d’ici à 2030, dans le monde entier.

La rage est une zoonose mortelle que l’on peut toutefois prévenir et qui touche essentiellement les populations pauvres et rurales en Afrique et en Asie. Le virus de la rage est transmis par les animaux infectés lors d’une morsure ou d’une égratignure, et les chiens sont responsables d’environ 99% des cas humains.

La prévention de la rage humaine nécessite l’adoption d’une approche «Un monde, une santé», coordonnée avec différents secteurs: la vaccination des chiens est cruciale ainsi que la mise en place de mesures accessibles et d’un coût abordable, comme la prophylaxie postexposition (PPE) pour les personnes qui ont été exposées au virus de la rage.

«Pour éliminer la rage, il faut apporter aux personnes les connaissances dont elles ont besoin et leur faire connaître leurs responsabilités», a déclaré Son Altesse Royale la Princesse Chulabhorn Mahidol. L’engagement de Son Altesse Royale permet de mobiliser et de motiver le public pour prévenir la rage dans toute la Thaïlande, des administrations centrales aux villages.

90% de cas de rage humaine en moins

Grâce à la vaccination en masse des chiens et à l’amélioration de l’accès à la prophylaxie antirabique, la Thaïlande a réduit de plus de 90% le nombre de cas de rage humaine depuis les années 1980.

Le Dr T. Hemachudha, Directeur du centre collaborateur de l’OMS pour la recherche et la formation sur les zoonoses virales à l’Université Chulalongkorn de Bangkok, reconnaît les progrès accomplis: «la mission de la Thaïlande visant à éliminer la rage humaine peut être accomplie d’ici à 2020».

Le pays élabore et met en œuvre de nouvelles stratégies de lutte contre la rage, comme l’administration par voie intradermique du vaccin chez l’homme permettant de réduire les coûts et les doses. La vaccination par voie intradermique est sûre, efficace et de 60 à 80% moins coûteuse que la prophylaxie intramusculaire, et l’OMS encourage son utilisation dans d’autres zones d’endémie.

Si la Thaïlande a accompli des progrès significatifs, «la prochaine étape importante consistera à administrer la PPE dans les villages où elle permettrait de sauver des milliers de vie, et à trouver comment vacciner 70% de l’ensemble de la population canine et ce de manière durable», selon le Dr H. Wilde, également de l’Université Chulalongkorn.

«Les villages sont situés très loin des salles d’opération des villes et de Bangkok», indique la Princesse Chulabhorn Mahidol. «Nous avons besoin d’unités mobiles afin de nous déplacer dans tout le pays pour dispenser des soins aux populations et gérer la population canine de manière aussi adaptée que possible».

Le projet a pour but d’augmenter la couverture par la vaccination chez la population canine et de gérer la population canine et féline du pays afin de réduire les cas de rage.