Centre des médias

Poliomyélite

Aide-mémoire N° 114
Juin 2014


Principaux faits

  • La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de cinq ans.
  • Une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible. Parmi les sujets paralysés, 5 à 10% meurent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner.
  • Le nombre des cas de poliomyélite a diminué de plus de 99% depuis 1988, passant de 350 000 à 406 cas notifiés en 2013. Cette baisse résulte de l’effort mondial pour éradiquer cette maladie.
  • En 2014, il ne reste plus que trois pays d’endémie (Afghanistan, Nigéria et Pakistan), alors qu’ils étaient plus de 125 en 1988.
  • Tant qu’un seul enfant reste infecté, tous les autres, dans tous les pays, risquent de contracter la poliomyélite. L’échec de l’éradication dans les derniers bastions de la maladie pourrait aboutir à ce que le nombre des nouveaux cas revienne, d’ici 10 ans, à 200 000 par an.
  • Dans la plupart des pays, l’action mondiale a permis de renforcer les capacités de lutte contre d’autres maladies infectieuses en développant des systèmes de surveillance et de vaccination efficaces.

La poliomyélite et ses symptômes

C’est une maladie très contagieuse provoquée par un virus qui envahit le système nerveux et peut entraîner une paralysie totale en quelques heures. Le virus se propage d’une personne à une autre principalement par la voie fécale-orale ou moins fréquemment par le biais d’un véhicule commun (eau ou aliments contaminés, par exemple) et se multiplie dans l’intestin. La fièvre, l’asthénie, les céphalées, les vomissements, la raideur de la nuque et les douleurs dans les membres en sont les premiers symptômes.

Une paralysie irréversible (des jambes en général) survient dans un cas sur 200. Entre 5 et 10% des malades paralysés décèdent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner.

Personnes les plus exposées

La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de cinq ans.

Prévention

Comme il n’existe pas de traitement, la prévention est la seule option. Le vaccin antipoliomyélitique, administré à plusieurs reprises, confère à l’enfant une protection à vie.

Nombre de cas dans le monde

Le nombre des cas a baissé de plus de 99% depuis 1988, passant de 350 000 selon les estimations dans plus de 125 pays d’endémie à 406 cas notifiés en 2013, dont seulement 160 cas dans les pays d’endémie, le reste étant imputable à la propagation internationale de la maladie à partir des régions d’endémie vers les régions exemptes de poliomyélite.

En 2014, la maladie ne sévit plus de manière endémique que dans certaines parties de 3 pays, soit la plus petite zone géographique de l’histoire. Sur les 3 souches de poliovirus sauvage (type 1, type 2 et type 3), le poliovirus de type 2 a été éradiqué en 1999 et le nombre de cas dus au poliovirus de type 3 a été ramené à son plus bas niveau, le dernier cas ayant été notifié en avril 2012 au Pakistan.

L’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite

Lancement

En 1988, la Quarante et Unième Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution visant à l’éradication de la poliomyélite dans le monde. C’est ainsi que l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP) est née, sous la direction des gouvernements nationaux, de l’OMS, du Rotary International, des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis d’Amérique et de l’UNICEF, avec le soutien de grands partenaires, comme la Fondation Bill & Melinda Gates.

Cette initiative a fait suite à la certification de l’éradication de la variole en 1980, aux progrès réalisés au cours des années 1980 en vue d’éliminer le poliovirus aux Amériques et à l’engagement pris par le Rotary International de lever des fonds pour protéger tous les enfants contre cette maladie.

Progrès

Globalement, depuis le lancement de l’IMEP, le nombre des cas a baissé de plus de 99%. En 2013, il ne reste plus que trois pays d’endémie dans le monde: le Nigéria, le Pakistan et l’Afghanistan.

En 1994, la Région OMS des Amériques a été certifiée exempte de poliomyélite, suivie en 2000 par la Région du Pacifique occidental puis, en juin 2002, par la Région européenne de l’OMS. Sur les trois types de poliovirus sauvages (types 1, 2 et 3), la transmission du type 2 a été interrompue avec succès (depuis 1999). Les stratégies d’éradication de la poliomyélite fonctionnent si elles sont pleinement appliquées.

C’est ce que l’Inde a clairement démontré en réussissant en janvier 2011 à mettre fin à la poliomyélite dans ce qui est sans doute la localisation la plus technique et la plus difficile. La Région OMS de l’Asie du Sud-Est a été certifiée exempte de poliomyélite en mars 2014.

Aujourd’hui, plus de 10 millions de personnes marchent, alors qu’elles auraient pu être paralysées par cette maladie. On estime à plus de 1,5 million le nombre de décès d’enfants évités grâce à l’administration systématique de vitamine A au cours des activités de vaccination antipoliomyélitique.

Opportunités et risques: une approche fondée sur l’action d’urgence

Les stratégies d’éradication de la poliomyélite fonctionnent si elles sont pleinement appliquées. C’est ce que l’Inde a clairement démontré en réussissant en janvier 2011 à mettre fin à la poliomyélite dans ce qui est sans doute la localisation la plus technique et la plus difficile. La Région OMS de l’Asie du Sud-Est a été certifiée exempte de poliomyélite en mars 2014.

Reconnaissant à la fois l’opportunité d’un point de vue épidémiologique et les risques importants associés à un éventuel échec, l’Assemblée mondiale de la Santé a adopté, en mai 2012, une résolution dans laquelle elle déclarait que l’achèvement de l’éradication de la poliomyélite constituait une urgence programmatique pour la santé publique au niveau mondial et demandait la mise en place d’une stratégie globale pour l’éradication de la poliomyélite et l’assaut final contre cette maladie jusqu’à la fin de 2018, de façon que le monde soit durablement libéré de la poliomyélite.

Par la suite, les trois derniers pays d’endémie ont mis en route des plans nationaux d’urgence concernant la poliomyélite, supervisés dans chaque cas par le chef d’État, et les organismes partenaires de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP) ont également immédiatement placé leurs opérations dans un cadre d’urgence, en œuvrant sous les auspices du Plan mondial d’urgence 2012-2013. Au début de 2013, on voit désormais l’impact des stratégies d’urgence, le nombre de cas signalés et le nombre de districts et de pays concernés étant moins élevés qu’à toute autre période.

Depuis lors, le nouveau plan stratégique pour l’éradication de la poliomyélite et l’assaut final contre la maladie (2013-2018) a été élaboré, en consultation avec les pays touchés par la poliomyélite, les parties prenantes, les donateurs, les partenaires et les organismes consultatifs nationaux et internationaux. Ce nouveau plan a été présenté lors d’un Sommet mondial sur la vaccination qui s’est tenu à Abou Dhabi (Émirats arabes unis) à la fin du mois d’avril 2013.

Il s’agit du premier plan visant à éradiquer simultanément tous les types de poliomyélite – dus aux poliovirus sauvages et aux poliovirus dérivés de souches vaccinales. Des dirigeants et des philanthropes ont marqué leur confiance dans le plan en annonçant le financement des trois quarts du coût du plan d’éradication – qui devrait être de 5,5 milliards de dollars (US $) – sur une période de six ans. Ils ont également invité d’autres donateurs à prendre dès maintenant des engagements pour le montant additionnel de 1,5 milliard de dollars (US $) qui sera nécessaire pour que le monde soit durablement délivré de la poliomyélite.

Avantages de l’éradication de la poliomyélite à l’avenir

Lorsque la poliomyélite sera éradiquée, le monde pourra célébrer une réalisation majeure au niveau mondial, qui bénéficiera de manière égale à toutes les populations, quel que soit le lieu où elles vivent. Des modèles économiques ont montré que l’éradication de la poliomyélite permettrait d’économiser au moins 40 à 50 milliards (US $) au cours des 20 prochaines années, essentiellement dans les pays à faible revenu. Mais surtout, grâce à ce succès, aucun enfant ne souffrira plus jamais des terribles effets, pour toute la vie, de la paralysie causée par la poliomyélite.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Centre des médias de l'OMS
Téléphone: +41 22 791 2222
Courriel: mediainquiries@who.int

Partager