Centre des médias

Un rapport de l’OMS pointe l'urgence d'un engagement politique accru pour mettre fin à la tuberculose

La tuberculose reste la maladie infectieuse la plus mortelle.

Communiqué de presse

Les actions menées à l’échelle mondiale pour lutter contre la tuberculose ont permis de sauver environ 53 millions de vies depuis 2000 et de réduire le taux de mortalité de la tuberculose de 37% d’après le Rapport 2017 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde publié aujourd’hui par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Malgré ces bons résultats, les dernières nouvelles sont inquiétantes. La tuberculose reste la maladie infectieuse la plus mortelle en 2016. Elle est également la principale cause de décès imputables à la résistance aux antimicrobiens et la première cause de décès des personnes atteintes du VIH. Dans la plupart des pays, les progrès marquent le pas et ne sont pas assez rapides pour atteindre les objectifs mondiaux ou pour combler les lacunes persistantes en matière de soins et de prévention de la tuberculose.

«Un engagement a été pris à l’échelle mondiale pour mettre fin à l’épidémie de tuberculose d'ici 2030, mais les actions et les investissements ne sont pas à la hauteur de la rhétorique politique. Nous avons besoin d’une approche dynamique, globale et multisectorielle», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. «La bonne nouvelle est que nous avons enfin 2 grandes occasions d’aller de l’avant, à savoir la première conférence ministérielle mondiale sur la tuberculose qui se tiendra à Moscou en 2017, puis la première réunion de haut niveau sur la lutte contre la tuberculose de l’Assemblée générale des Nations Unies en 2018. Ces réunions créeront une dynamique, feront intervenir différents secteurs et accéléreront nos efforts visant à faire de la tuberculose un problème du passé.»

Une charge mondiale de morbidité et de mortalité élevée en 2016

En 2016, on estime à 10,4 millions le nombre de nouveaux cas de tuberculose dans le monde, dont 10% de personnes vivant avec le VIH. Sept pays se répartissaient à eux seuls 64% de la charge totale, l’Inde étant la plus durement touchée, suivie de l’Indonésie, la Chine, les Philippines, le Pakistan, le Nigéria et l’Afrique du Sud. Selon les estimations, 1,7 million de personnes sont mortes de la tuberculose, dont presque 400 000 personnes co-infectées par le VIH. Cela représente une baisse de 4% par rapport à 2015.

La tuberculose multirésistante reste une crise de santé publique et une menace pour la sécurité sanitaire. L’OMS estime à 600 000 le nombre de nouveaux cas présentant une résistance à la rifampicine – le médicament de première intention le plus efficace – dont 490 000 sont des cas de tuberculose multirésistante. Presque la moitié de ces cas sont localisés en Inde, en Chine et en Fédération de Russie.

«Le nombre de décès et l’ampleur des souffrances parlent d'eux-mêmes: il faut aller plus vite», s'est exclamé le Dr Mario Raviglione, Directeur du Département Halte à la tuberculose de l’OMS. «Il sera fondamental d'agir vite en faveur de la couverture sanitaire et de la protection sociale universelles, ainsi que de franchir des étapes décisives en matière de recherche et d’innovation afin de permettre à tous, et en particulier aux populations les plus pauvres et les plus défavorisées au monde, d'accéder aux meilleurs soins centrés sur le patient.»

Des lacunes persistantes en matière de soins et de financement

Pour venir à bout de l’épidémie, il faut prendre des mesures afin de combler les lacunes au niveau des soins et du financement. Les pays particulièrement touchés par la tuberculose1 doivent également faire des progrès.

  • L'insuffisance du diagnostic et des notifications des cas de tuberculose posent toujours problème, en particulier dans les pays où le secteur privé est important et dérèglementé, et où le système de santé est fragile. Sur les 10,4 millions de nouveaux cas estimés, seuls 6,3 millions ont été diagnostiqués et officiellement notifiés en 2016; 4,1 millions de cas sont donc passés entre les mailles du filet, dont près de la moitié en Inde, en Indonésie et au Nigéria.
  • Seul un malade atteint de tuberculose multirésistante sur 5 a entamé un traitement. L’Inde et la Chine comptaient 39% des cas non traités. La réussite du traitement, 54% à l’échelle mondiale, reste faible.
  • Sur les presque 500 000 cas notifiés de tuberculose associée au VIH, 15% n’étaient pas sous traitement antirétroviral comme le recommande l’OMS, dont plus de la moitié dans la Région africaine de l'OMS.
  • Le traitement préventif contre la tuberculose progresse dans 2 groupes à risque prioritaires: les personnes vivant avec le VIH et les enfants âgés de moins de 5 ans. Néanmoins, la plupart des personnes relevant d'un traitement préventif contre la tuberculose n’y ont pas accès.
  • En ce qui concerne les soins et la prévention de la tuberculose, il manque environ US $2,3 milliards sur les 9,2 milliards de dollars (US $) d’investissements nécessaires en 2017 dans les pays à revenu faible et intermédiaire. En outre, il faut au moins 1,2 milliard de dollars supplémentaires chaque année pour accélérer le développement de nouveaux vaccins, de nouveaux produits de diagnostic et de nouveaux médicaments.

«Les lacunes au niveau du financement sont l'une des principales raisons qui expliquent pourquoi les progrès sont trop lents pour atteindre à temps les objectifs en matière de lutte contre la tuberculose», a indiqué le Dr Katherine Floyd, coordinatrice de l’unité de surveillance et d’évaluation du Département Halte à la tuberculose de l’OMS. «Le défi est double. Il faut davantage de financement national dans les pays à revenu intermédiaire et une plus grande contribution des donateurs internationaux pour appuyer les pays à revenu faible.»

Engagement politique et action multisectorielle

En vue de mettre fin à l’épidémie de tuberculose, le secteur de la santé ne peut pas être seul pour lutter contre les facteurs de risque et les déterminants de la maladie. Pour la première fois, le Rapport sur la lutte contre la tuberculose dans le monde présente les résultats d’un nouveau cadre de surveillance multisectoriel qui jette des ponts entre l’épidémie de tuberculose et sept objectifs de développement durable (ODD). L’analyse des dernières informations sur l’état des indicateurs pour les 30 pays où la prévalence de la tuberculose est élevée montre que la plupart auront du mal à atteindre les cibles des ODD.

Afin d’accroître l'action multisectorielle, les plans visant à faire bouger tous les secteurs et à attirer l'attention des plus hautes instances ont abouti à l'organisation de la Conférence ministérielle mondiale visant à mettre fin à la tuberculose à l’ère du développement durable, qui se tiendra à Moscou les 16 et 17 novembre 2017. Cette conférence sera suivie en 2018 par la toute première réunion de haut niveau sur la lutte contre la tuberculose de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui cherchera à obtenir l’engagement des chefs d’État.


(1) Ces dix pays étaient: l’Inde, l’Indonésie, le Nigéria, les Philippines, l’Afrique du Sud, le Pakistan, le Bangladesh, la République démocratique du Congo, la Chine et la République-Unie de Tanzanie.


Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Pru Smith
Département de la Communication, OMS, Genève
Téléphone: +41 22 791 4458
Portable: +41 79 477 1744
Courriel: smithp@who.int

Hannah Monica Dias
Halte à la tuberculose, OMS, Washington
Communications and Technical Officer
Portable: +41 79 477 0435
Courriel: diash@who.int