Centre des médias

Jeux olympiques et paralympiques de Rio 2016: recommandations concernant le virus Zika

Déclaration de l'OMS
12 mai 2016

L'OMS et l'Organisation panaméricaine de la Santé (OPS) reconnaissent que les athlètes comme les visiteurs recherchent des informations sur les risques du virus Zika et sur les différentes façons d'éviter l'infection lors des Jeux olympiques et paralympiques qui se tiendront à Rio du 5 août au 18 septembre 2016.

Le Brésil fait partie des 58 pays et territoires qui, à ce jour, font état d'une poursuite de la transmission du virus Zika par le moustique. Ce dernier est le vecteur primaire, mais une personne infectée par le virus Zika peut également transmettre le virus lors de rapports sexuels non protégés. La maladie à virus Zika provoque généralement des symptômes bénins1, et la plupart des personnes n'en développeront aucun.

Cependant, le consensus scientifique est que ce virus est une cause de la microcéphalie (enfants nés avec une tête inhabituellement petite) et d'autres malformations cérébrales et troubles chez les nourrissons dont la mère était infectée par le virus Zika pendant la grossesse, et qu'il entraîne aussi le syndrome de Guillain Barré (un trouble neurologique rare mais grave pouvant entraîner la paralysie et la mort).

Les athlètes et les visiteurs se rendant à Rio de Janeiro et dans d'autres zones ou circule le virus Zika sont encouragés à prendre les mesures suivantes:

  • suivre les conseils donnés aux voyageurs par l'OMS et les autorités sanitaires nationales dont ils dépendent (voir le lien dans la colonne de droite), et consulter un agent de santé avant le voyage;
  • lorsque possible, pendant la journée, se protéger des piqûres de moustique au moyen de produits répulsifs et en portant des vêtements couvrant le plus possible le corps (de couleur claire de préférence);
  • avoir des pratiques sexuelles à moindre risque (par exemple, en utilisant le préservatif de façon correcte et systématique) ou s'abstenir de tout rapport durant le séjour et pendant quatre semaines au moins après le retour, en particulier si l'on a présenté ou présente des symptômes évocateurs de la maladie à virus Zika;
  • choisir un hébergement climatisé (les fenêtres et les portes restent généralement fermées pour empêcher l'air frais de s'échapper, et les moustiques ne peuvent donc pas entrer);
  • éviter de se rendre dans les quartiers pauvres et surpeuplés des villes et agglomérations, sans eau courante et dotés d'un assainissement de mauvaise qualité (ce qui en fait des gîtes larvaires idéaux pour les moustiques), où le risque de piqûre est plus élevé.

Il reste conseillé aux femmes enceintes de ne pas se rendre dans des zones où la transmission du virus Zika se poursuit, notamment Rio de Janeiro. Les femmes enceintes dont les partenaires sexuels reviennent de zones où le virus circule devraient adopter des pratiques sexuelles à moindre risque ou s’abstenir de toute relation sexuelle pendant toute la durée de la grossesse.

Les Jeux se dérouleront pendant la saison hivernale au Brésil, période durant laquelle les moustiques actifs sont moins nombreux et où le risque de piqûre est plus faible.

L'OMS/OPS prodigue au Gouvernement du Brésil mais aussi au Comité international olympique (CIO) et, par conséquent, au comité d'organisation local de Rio 2016, des conseils sur les différentes manières d'atténuer le risque que les athlètes et les visiteurs contractent le virus Zika pendant les Jeux.

Une part importante des mesures recommandées par l'OMS porte sur la réduction des populations de moustiques Aedes, qui, outre le virus Zika, transmettent le chikungunya, la dengue et la fièvre jaune.

L'OMS/OPS continuera de suivre la transmission du virus Zika et les risques associés à ce virus au Brésil et dans les autres zones touchées afin de présenter d'ici au mois d'août, puis ultérieurement, des données actualisées sur les flambées épidémiques de virus Zika, les risques et les interventions de prévention.

1 Les symptômes de l'infection à virus Zika sont les suivants: fièvre, éruption cutanée, conjonctivite, douleurs musculaires et articulaires, malaise et céphalées.

CORRIGENDUM: La version originale de cette déclaration a été modifiée en date du 30 mai 2016 pour supprimer la référence au fait que l'OMS/OPS fournit des conseils au Comité international olympique en vertu d'un mémorandum d’accord car celui-ci a expiré en 2015. L'OMS apporte actuellement ses conseils de santé publique pour les prochains Jeux olympiques à travers le groupe de travail de Rio 2016 créé en 2015. Les recommandations concernant la planification et la tenue de rassemblements de masse se font dans le cadre de l'appui de l'OMS apporté au pays hôte des jeux en collaboration avec le ministère de la Santé du pays concerné.


Pour plus d’informations, prière de contacter:

Nyka Alexander
Chargée de communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 5029
Portable: +41 79 634 0295
Courriel: alexandern@who.int

Christian Lindmeier
Chargé de communication, OMS
Téléphone: +41 22 791 1948
Portable: +41 79 500 6552
Courriel: lindmeierch@who.int

Daniel Epstein
Communication OPS
Téléphone: +1 202 974 3579
Portable: +1 301 219 2105
Courriel: epsteind@paho.org